Enlacés

Mis à jour : janv 3




S'il fallait un enfant pour laisser la lumière, Surgir de l'océan , exaucer nos prières, S'il fallait que l'hiver ait asséché les champs, Pour que l'or de la mer libère le printemps.

S'il fallait que nos coeurs se lèvent un matin, Comblés par le bonheur d'être sans foi, ni faim, S'il fallait que nos pas se perdent dans le fond, Des fosses du trépas et des faux horizons.

S'il faut que la nature nous renvoie sans frémir, Le fer de nos  armures et le froid de nos rires, S'il faut que les trésors de la vie, chaque jour, Effacent nos efforts dans l'aura de l'amour.

Et si je prends ta main, car, enfin, je me lève, Et que j'aime soudain, les vagues sur la grève, Le tambour de la pluie, sur nos jeux enlacés, L'angoisse de mes cris, dans tes bras parfumés.


Photo : Luna Méric, 2018

14 vues

© Dominique Lefort, Energéticienne, 2019

La Motte, Draguignan

Logo + crédits photos : Luna Méric, @__mademoiselle_lune__